FIN DE NOTRE AVENTURE BRÉSILIENNE

Sans hésiter, je peux affirmer que notre périple brésilien se termine en beauté. Nos roues ont sillonnées les rues de la plus grande ville de l’hémisphère sud, le sable de la « plage déserte » et les pavés de la troisième plus ancienne ville du Brésil. En route vers notre case départ !

Du 4 mai au 23 mai 2013 ~ TOTAL : 9 000 km
Paraty (RJ) → bus pour São Paulo (SP) → bus et bateau pour Marujá → Praia Deserta → Barra do Superagui (PR) → São Francisco do Sul (SC) → Barra do Itapocu → bus pour Florianópolis → Campeche
Par Bertrand de TERRA TRIBUTA

SAO PAULO ET L’AVENUE PAULISTA

Nous quittons la ville de Paraty, l’un des joyaux coloniaux de l’État de Rio de Janeiro. Après plusieurs heures de bus pour arriver dans la mégalopole tentaculaire de São Paulo, Vanessa et moi retrouvons un fou de cyclotourisme. En juin 2012, nous avons rencontré André Pasqualini pour la première fois. et nous sommes heureux que nos roues se croisent de nouveau. Pour en savoir davantage sur le cyclotourisme et la mobilité urbaine au Brésil, André a un très beau site internet en portugais : http://bicicreteiro.org

Thelma et André, nos chaleureux hôtes de São Paulo

Thelma et André, nos chaleureux hôtes de São Paulo

Située sur le plateau de Piratininga à 760 mètres d’altitude, la plus grande ville de l’hémisphère sud nous accueille à bras ouverts grâce à nos hôtes André et Thelma. Deux jours pour visiter cette ville cosmopolite est certainement trop court mais c’est le temps que nous avons.

Ce matin, nous prenons la direction du centre-ville avec nos vélos où nous découvrons la fameuse Avenida Paulista, longue de 2 700 mètres. Les trois images ci-dessous permettent d’imaginer l’évolution spectaculaire au fil des années : de l’inauguration en 1891 – d’une carte postale en 1902 – lors de notre visite en 2013

Aujourd’hui, l’avenue est l’un des hauts lieux touristiques, médiatiques et financiers symbole de la puissance économique de l’État de São Paulo. « On estime à 800 000 personnes qui y travaillent quotidiennement » Source wikipedia.

Les amoureux de l’Art se rencontrent au Musée d’Art de São Paulo (MASP) situé au 1578 Avenida Paulista. Enfin, l’avenue est un lieu parfait pour les grandes manifestations publiques. Pour la 17ième édition de la plus grande Gay Pride au monde, la « Parada » a réuni en juin 2013 plus de trois millions de gays, lesbiennes et « sympathisants ».

Quelques semaines plus tard, l’avenue était de nouveau occupée. « Outre le prix du billet d’autobus ou de métro, les manifestants s’insurgent contre les dépenses colossales (11 milliards d’euros) engagées par le pays pour le Mondial dans un an, alors que certains services publics comme la santé sont sinistrés » Source Le Monde.

Merci beaucoup à Thelma et André pour leur chaleureux accueil !

UN PARADIS DE SABLE

Plage de Marujá au lever de soleil

Plage de Marujá au lever de soleil

Au départ de la ville de Cananéia (État de São Paulo), un décor de rêve se place au fur et à mesure que notre bateau avance sur les eaux du Canal de Ararapira. À notre gauche, les montagnes verdoyantes du Parque Estadual da Ilha do Cardoso se dressent formant ainsi un écrin protégé de 151 km2.Le bateau accoste contre un petit ponton en bois, plusieurs locaux nous donnent un coup de mains pour débarquer nos vélos chargés.

Nous arrivons dans la communauté de Marujá sans électricité et rationnée en eau. Pas de routes, pas de voitures, le calme règne comme nulle part ailleurs.

Le lendemain à la lueur de nos lampes frontales, nous quittons Marujá en direction de la plage. Le sable est mou par endroit et nous oblige à pousser chaque vélo à deux. Quelques minutes plus tard, les premiers rayons du soleil brillent alors que la marée basse s’installe. C’est parti pour quelques kilomètres de sable afin de rejoindre la communauté de Barra do Superagui dans l’État du Paraná.

8-Enrouteverslarrivee-TerraTributa3

Sur le chemin, en fin de journée, nous décidons de camper sur la plage Deserta.

UNE HISTOIRE DE PLUS DE 500 ANS

Lors de notre passage par « la ville merveilleuse », notre sympathique hôte Rodrigo Primo nous avait mis en contact avec ses amis Gabriela Binatti et Roberto Dias. Ces deux passionnés de vélo nous accueillent chez eux dans le centre-historique de São Francisco do Sul.

Fondée en 1504 par le français Binot Paulmier de Gonneville, cette ville d’à peine 45 000 âmes est renommée pour son patrimoine historique et ses maisons colorées. Nous avons même eu la chance de visiter, avec Roberto, l’immense Musée National de la Mer. Pendant plusieurs heures, nous avons arpenté les salles thématiques rendant hommage aux hommes et aux femmes qui ont passé leurs vies sur l’eau. Ainsi, plus de 60 bateaux de tailles réelles et près de 200 maquettes retracent l’histoire de la pêche traditionnelle à celle plus industrielle. Un coup de cœur pour ce musée de 10 000 mètres carrés !

Église Matriz Nossa Senhora da Graça

Nos chaleureux hôtes Blé et Beto

Nos hôtes, Blé et Beto s’impliquent énormément pour promouvoir le cyclotourisme et l’usage du vélo. Fort de leurs expériences sur deux roues, ils organisent des parcours dans la région, donnent des conseils, apportent un soutien technique et mécanique. Ils organisent même des soirées Cinema de Bicicleta. Pour en savoir plus, voir leur site en portugais : http://hospedariadabicicleta.com/. Un immense merci à Blé et Beto !

NOTRE PREMIÈRE FAMILLE BRÉSILIENNE

DSC06019

« Encore quelques kilomètres et nous arrivons chez Terraflor et Margo », me dit Vanessa tout en souriant. J’avoue que c’est difficile pour moi de réaliser que nous sommes en train de boucler notre tour de 9 000 km du cinquième plus grand pays au monde. Que dire de plus à part un immense merci à notre première famille brésilienne.

Il y a un an, nous écrivions dans ce blog : « Après trois jours, la magie opère déjà dans nos cœurs. Merci au Brésil et à tous ceux et celles que nous avons rencontrés jusqu’ici pour ce bel accueil. L’aventure commence bien ! »

Vanessa et moi pouvons donc conclure ainsi : « Nous avons été accueilli comme si nous faisions parti de la grande famille brésilienne. Riche de cette aventure humaine, sportive et culturelle, nous revenons au Québec différent. Peut-être parce qu’en plus de nous avoir tant donné, le Brésil nous a offert le plus beau des cadeaux. Un petit bébé fabriqué au Brésil qui arrivera fin novembre 2013. L’aventure continue maintenant à trois ! »

Pour terminer, nous voulons remercier Lorena Azevedo et Ewerton Wegner pour nous avoir menés à l’aéroport et surtout pour nous avoir donné de bons conseils durant cette année brésilienne. Bonne continuation dans vos beaux projets !

Merci à Lorena Azevedo et Ewerton Wegner

Merci à Lorena Azevedo et Ewerton Wegner

Publicités