À DEUX PAS DE RIO DE JANEIRO

La ville de Petrópolis est à moins de 70 kilomètres du centre-ville de Rio de Janeiro. Une fois encore, notre route croise le chemin de personnes chaleureuses et nous découvrons l’histoire impériale de ce lieu situé dans un écrin de montagnes pour le meilleur, mais aussi pour le pire.

Du 11 au 14 avril 2013 ~ TOTAL : 8 322 km
Teresópolis → bus pour Petrópolis (Rio de Janeiro)
Par Bertrand de TERRA TRIBUTA


EN CHEMIN AVEC IDERCIO ZIRONDI

En juillet dernier, alors que nous étions dans l’État du Rio Grande do Sul, nous avions croisé Idercio Zirondi à Santo Ângelo. Quelques jours plus tard, on le croisait de nouveau par une journée pluvieuse et finalement une troisième fois, à Maravilha dans l’État de Santa Catarina. Et pourquoi pas une quatrième fois ?  Nous prenons contact avec lui en l’informant de notre passage par Petrópolis où il habite.

À notre arrivée en bus, nous allons le rejoindre à la pharmacie CityFarma qu’il gère à deux pas de la station de bus centrale. Comme il ne peut pas nous héberger chez lui en ce moment, il nous invite dans l’hôtel le plus proche !  En soirée, nous faisons la connaissance de sa fille Barbara. Ce voyageur a déjà parcouru plus d’une vingtaine de pays dans le monde et part prochainement pour Vancouver et l’Alaska. Il faut dire qu’ancien professeur d’éducation physique et physiothérapeute, l’énergie ne semble pas manquer chez notre sympathique ami né dans l’État du Paraná.

Grâce à lui, nous faisons plusieurs entrevues médias. Une première à la télévision locale TVC 16 et une seconde entrevue avec le journal Tribuna de Petrópolis. Merci beaucoup Idercio !

4-Petropolis-RiodeJaneiro-TerraTributa

Notre première vision de la région métropolitaine de Rio de Janeiro


Depuis les hauteurs de Petrópolis à plus de 800 mètres d’altitude, la vue est magnifique sur la ville de Rio de Janeiro au loin. Nous arrivons bientôt dans cette métropole prochainement hôte des Journées mondiales de la jeunesse (2013), de la finale de la Coupe du monde de football (2014) et des prochains Jeux olympiques d’été (2016). Notre séjour dans ce lieu animé et envoutant devrait, une fois encore, être bien occupé !

Mais pour le moment, faisons une visite de Petrópolis.


PETIT TOUR DE PÉTROPOLIS

« Cité impériale du Brésil, elle fut fondée le 16 mars 1843 par l’empereur Pedro II, qui lui a donné son nom. Nichée dans la forêt des collines de la Serra dos Órgãos, dans la vallée des rivières Quitandinha et Piabanha, Petrópolis est un lieu de villégiature estivale populaire. Outre son climat agréable et la beauté de la nature environnante, sa principale attraction est l’ancien palais d’été de l’empereur brésilien, qui est devenu le musée impérial de Petrópolis. »  Source : Wikipedia

Nous visitons avec plaisir ce palais somptueux où l’on peut admirer la couronne impériale, des peintures présentant l’histoire de la région et une importante collection d’objets d’époque. Dans une salle sombre, une plume en or scintille de mille lumières. Incrustée de rubis, elle a servi à signer la Lei Aurea qui abolit l’esclavage au Brésil en 1888.

D’un point de vue plus actuel, Petrópolis est malheureusement connue pour ses inondations. La dernière en date, il y a moins d’un mois, a fait près de 30 victimes à cause d’un glissement de terrain. « Il est tombé 390 mm de pluie sur la ville en vingt-quatre heures, alors que la moyenne pour tout un mois de mars est de 270 mm. « Nous sommes en alerte maximale », a déclaré lundi le gouverneur de l’État, Sergio Cabral. […] En janvier 2011, plus de neuf cents personnes avaient péri dans les régions vallonnées de l’État de Rio en raison d’intempéries qui avaient provoqué des inondations et des glissements de terrain. »  Source : Le Monde

LE SAVIEZ-VOUS ?

La ville de Petrópolis a été le dernier lieu de résidence de l’écrivain autrichien exilé Stefan Zweig. Alors que j’étais adolescent, j’avoue que la lecture du roman publié à titre posthume Le Joueur d’échecs est un souvenir intense dans ma mémoire. Quelle histoire incroyable présentant une époque difficile; la montée du nazisme en Europe. Le célèbre auteur a eu droit à des funérailles nationales lors de son enterrement à Petrópolis en février 1942.

Publicités