NOTRE PLUS HAUT SOMMET BRÉSILIEN

« Rien n’est plus propice qu’un voyage pour sonder tous les aspects merveilleux de l’imprévu. » Jean-Raymond Boudou
170 km à vélo du 3 au 10 avril 2013 ~ TOTAL : 8 322 km
Ouro Preto (Minas Gerais) → Ponte Nova → Viçosa → Guiricema → bus pour Teresópolis (Rio de Janeiro)
Par Bertrand de TERRA TRIBUTA

Sur la route en direction de l’État de Rio de Janeiro, le constat est rapide à faire. Nous sommes heureux de continuer la route, mais honnêtement, plus nous avançons, plus nous sommes lents. La première journée de route, nous pédalons 85 km, puis le lendemain 45 km, puis le troisième jour, seulement 40 km en plusieurs heures épuisantes. Alors que nous quittons la ville de Guiricema, nous faisons demi-tour en décidant de prendre un bus pour notre prochaine étape : la ville de Teresópolis. Les montagnes du Minas Gerais ont eu raison de nous… Si nous avions eu plus de temps et d’énergie, nous aurions certainement parcouru l’un des sentiers de l’Estrada Real. Quatre chemins incontournables permettent de découvrir le riche passé colonial de l’État du Minas Gerais. Le Caminho Novo long de 515 km (dont 324 km de chemins de terre) part d’Ouro Preto pour rejoindre Rio de Janeiro. Le site internet est très bien réalisé, avec beaucoup de détails, sites d’intérêts, dénivelés, distances, hébergements, etc.

Merci à nos chaleureux hôtes de Teresópolis, Fernando à gauche et Lucas à droite.

Merci à nos chaleureux hôtes de Teresópolis, Fernando à gauche et Lucas à droite.


Lors de notre passage à Ilheus (Bahia) en mars dernier, nous avions eu le plaisir de rencontrer Marcela avec d’autres amis. Grâce à elle, nous rencontrons son frère Fernando Marega Imamura et son ami Lucas, deux étudiants en médecine qui nous accueillent chaleureusement au creux des montagnes de Teresópolis. En plus de nous offrir sa chambre, Fernando nous offre de précieux conseils pour faire des examens médicaux. Depuis six semaines environ, nous avançons sur les routes du Brésil… à trois ! Vanessa est enceinte. Lors de la première échographie, nous avons pu voir un petit embryon de 7 mm. Croyez-le ou non, le cœur bat déjà et nous l’avons entendu ! Bien sûr, l’aventure continue jusqu’à Florianópolis, mais avec certaines adaptations. À trois, nous avons été épuisés par les montagnes du Minas Gerais.

L’aventure continue maintenant à trois !

L’aventure continue maintenant à trois !


Tant qu’à être dans les montagnes, autant profiter de la belle vue qu’elles offrent. Nous décidons donc de partir deux jours en randonnée dans le fameux Parque Nacional da Serra dos Órgãos. Nous parcourons le sentier de Pedra do Sino, 11 km dans la brume, avec l’espoir que cela se dégage au sommet à 2 200 mètres.

REPÈRES AU PARC NATIONAL

Curieusement, pour une expédition de deux jours, il n’est pas possible d’acheter son billet directement à l’entrée du Parque Nacional da Serra dos Órgãos. Merci à Fernando pour ses conseils et son aide logistique. Site internet pour acheter son billet

Autre surprise, l’accès au parc est anormalement cher. Même si le prix est moins élevé pour les Brésiliens, on ne peut pas dire que cela encourage les gens à faire du sport et à découvrir les beautés locales. Au Québec, 26 Reais (13 $) par personne pour deux jours dans un parc de la SÉPAQ. Ici, nous avons payé chacun près de 60 Reais (22 Reais pour l’accès au parc, plus 33 Reais pour marcher sur les sentiers de montagnes, plus 3,50 Reais par jour additionnel).

Dernière surprise en arrivant proche du sommet, aucune signalisation alors que des sentiers partent dans plusieurs directions. Difficile dans la brume de se repérer… Lors de notre soirée au refuge, le gardien nous raconte que plusieurs personnes s’étaient déjà perdues dans le parc dont une pendant trois jours !  Pourquoi ?  Sans signalisation, les randonneurs doivent engager un guide. Oui pour l’emploi local, mais non pour la sécurité des randonneurs qui partent seuls.

Après une nuit pluvieuse et un lever de soleil gris, nous découvrons avec joie l’horizon des montagnes, notre récompense des 1 000 mètres de dénivelés grimpés en 6 heures de marche. Notre plus haut sommet brésilien !

Après une nuit pluvieuse et un lever de soleil gris, nous découvrons avec joie l’horizon des montagnes,
notre récompense des 1 000 mètres de dénivelé grimpés en 6 heures de marche.
Notre plus haut sommet brésilien !


Publicités