ENCORE 2 500 KM !

Deux mois et demi.  Voilà le temps dont nous disposons pour parcourir cette distance.  Après trois semaines « d’arrêts carnaval – travail – découvertes », nous reprenons la route pour notre plus grand plaisir.  Le soleil brille toujours autant et chaque jour apporte son lot de surprises et de défis.  Voilà nos derniers coups de pédale.

400 km du 26 février au 8 mars 2013 ~ TOTAL : 7 742 km
Olinda → bus pour Salvador → Île de Boipeba → Ilhéus → Canavieiras
Par Bertrand de TERRA TRIBUTA

Après 800 km de bus en 16 heures, nous arrivons enfin à Salvador, capitale de l’État de Bahia.  Nous chargeons nos vélos et prenons la direction du port d’où nous prendrons un traversier afin de rejoindre l’île de Itaparica.

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (1)

UN PARADIS DE TRANQUILLITÉ

Le lendemain, après avoir pédalé 90 km, Vanessa et moi embarquons nos vélos sur un autre bateau, cette fois-ci au port de la ville de Valença.  Quatre heures plus tard, nous accostons sur l’île de Boipeba.  Ce petit coin de paradis est un pur bonheur à bien des égards : plages de rêve bordées de cocotiers, peu de touristes en basse saison et surprise, pas de voitures !  Plusieurs sentiers parcourent cette île d’à peine dix kilomètres de diamètre où près de 5 000 habitants vivent principalement de la pêche, des plantations de cocotiers et depuis peu, du tourisme.

La deuxième et dernière journée de notre séjour, je me lève avec l’âge du Christ, comme le dit la croyance populaire.  Je passe la journée devant l’ordinateur à préparer le début des maquettes de notre prochain livre sur le Brésil.  Pendant ce temps, Vanessa va faire de l’apnée avec Thesco de l’organisme PRÓ-MAR œuvrant pour la conservation des récifs coralliens.  Lors de cette sortie, Vanessa a la chance de voir plusieurs coraux impressionnants, dont le magnifique corail de fogo.

Nous terminons notre soirée en mangeant une crêpe de farine de tapioca au chocolat et à la noix de coco, un délice.  Pendant que les bougies brillent et fondent sur nos crêpes, quatre jeunes à la table voisine chantent feliz aniversário en tapant des mains.  Ainsi passe le temps sur l’île de Boipeba !

Pour en apprendre davantage sur l’histoire de l’île de Boipeba

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (2)

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (3)

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (12)

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (4)

SUR LA ROUTE

La nuit a été courte et nous prenons la route encore fatigués…  Les prochains kilomètres se déroulent normalement, en poussant les vélos dans les nombreuses montées sous un soleil de plomb.  La deuxième journée sur la Costa do Dendê – un fruit utilisé pour son huile dans la cuisine bahianaise – c’est encore pire avec 47 montées à pousser, mais nous franchissons pour la première fois en neuf mois la barre des 100 kilomètres.  Notre prochaine destination est à l’horizon.

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (5)

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (6)

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (7)

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (8)

MAIS OÙ EST IGOR ?

Ouf, la journée a été longue.  Nous arrivons enfin dans la ville d’Ilhéus où nous pensons dormir chez notre ami Igor rencontré à Olinda.  Nous découvrons finalement qu’il faut traverser la ville au complet pour rejoindre la maison des amis chez qui il loge.  Plusieurs kilomètres de circulations plus tard, nous arrivons de nuit au fameux poste d’essence « signal vert ».

La maison où Igor loge est proche, mais où…  La première casa où nous sonnons…  pas de Igor…  Nous lui envoyons un message via internet.  Pas plus de nouvelles.  Vanessa retourne à la première maison, un salon de coiffure où la propriétaire Simone nous invite gentiment chez elle.  Au même instant, je fais la rencontre d’un sympathique professeur de géographie qui nous invite également chez lui.  Finalement, nous avons droit à une grande maison pour nous tout seuls et Simone nous offre des filets de l’immense poisson qu’elle a pêché, un régal.  Après de nombreux appels un peu partout dans Ilhéus, Simone réussit à retrouver Igor qui était occupé à manger des sushis !  Merci beaucoup à Simone et à sa famille pour leur chaleureux accueil !

Simone Bisinotto Gomes et l'immense poisson qu'elle a pêché

Simone Bisinotto Gomes et l’immense poisson qu’elle a pêché


Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (9)

Simone et sa fille Marcela


GROS PROBLÈME MÉCANIQUE

Alors que nous prenons le petit-déjeuner en compagnie de Simone, le fameux Igor sonne.  Quel plaisir de le revoir !  Après une petite jasette, je pars avec lui pour rejoindre son ami Débora, nous partons au centre-ville pour plusieurs courses.

Grâce au conseil de Simone, à l’aide d’Igor et de son amie Débora et grâce au magasin de vélo Pro Bike nous venons à bout de notre premier gros problème mécanique du voyage : la roue arrière du vélo de Vanessa est fissurée…

Bahia-Salvador-Canavieiras-TerraTributa (11)

Nous terminons notre journée dans une pizzeria locale avec plusieurs ami(e)s d’Igor et de Débora. De gauche à droite : Bruno, Igor, Patricia, Bertrand, Débora, Marcela et Vanessa

Nous terminons notre journée dans une pizzeria locale avec plusieurs amis d’Igor et Débora.
De gauche à droite : Bruno, Igor, Patricia, Bertrand, Débora, Marcela et Vanessa.


Le lendemain, en route pour la ville de Canavieiras avec des conditions favorables (vent de dos) et pas trop de montées, nous pédalons 111 km, notre record à ce jour !

Publicités