BIJOUX COLONIAUX : LES VILLES DE ALCÂNTARA ET SÃO LUIS

Repos, hamac, visite de rues colorées, traversée en catamaran mouvementée, repos, hamac et visite de quelques musés résument nos cinq jours dans les villes coloniales de Alcântara et São Luís. Deux petits bijoux à ne pas manquer dans l´État du Maranhão!

Alcântara
Après neuf jours de vélo et quelque 650 km, mon corps me crie haut et fort qu´il est temps de m´arrêter et de me reposer. Cela tombe bien, nous arrivons justement dans la belle ville coloniale de Alcântara fondée en 1648. Nous campons dans la posada Bela Vista qui porte très bien son nom. Je me repose dans mon hamac en regardant la superbe vue sur la baie de São Marcos et la ville de São Luís au loin. De quoi remettre n´importe qui sur pied!


Bucolique rue d´Alcântara où se cotoîent immeubles rénovés et d´autres tombant en décrépitudes. Les rues pavées de pierres ne facilitent pas la circulation à vélo!

Bucolique rue d´Alcântara où se cotoîent immeubles rénovés et d´autres tombant en décrépitude. Les rues pavées de pierres ne facilitent pas la circulation à vélo!

Pendant mon repos, Bertrand en profite pour visiter cette petite ville de 22 000 habitants, classée comme Ville Historique et Monument National par l´Institut du Patrimoine Historique et Artistique National (IPHAN) depuis 1948. Alcântara séduit rapidement le visiteur par son ensemble homogène d´édifices coloniaux brésiliens des XVII et XVIII siècles.

À la fin du XVIIe siècle, le roi du Portugal Pierre II a promis une visite à la ville d´Alcântara. Cette promesse a mis la ville en ébullition, puisque les barons entrèrent en compétition pour construire ce qu´ils appelaient « le plus beau palais » afin de recevoir la visite royale. Finalement, cette visite ne s´est jamais concrétisée et plusieurs constructions sont restées en ruines. Ce qui explique l´élégance et le panache de l´architecture originale côtoyant de nombreuses ruines inachevées donnant aujourd´hui un charme supplémentaire à cette petite ville. Depuis ce temps, les habitants accueillent chaque année un empereur ou une impératrice déguisés (selon l´année) lors de leur célèbre fête religieuse et culturelle Festa do Divino Espirito Santo.


De nombreuses maisons sont ornées d´azulejos, ces carreaux de faïence venus du Portugal. De toute beauté! Encore plus lorsqu´ils côtoient de belles portes bleus en bois et du fer forgé!

De nombreuses maisons sont ornées d´azulejos, ces carreaux de faïence venus du Portugal. De toute beauté! Encore plus lorsqu´ils côtoient de belles portes bleues en bois et du fer forgé!

L´église

L´église Nossa Senhora do Carmo récemment restaurée contraste avec les ruines voisines

Qu´il est bon de se rafraîchir en fin de journée. Et hop, un petit salto!

Qu´il est bon de se rafraîchir en fin de journée. Et hop, un petit salto!

Coucher de soleil sur la Baie de São Marcos. Cette photo est prise du centre historique de la ville.

Coucher de soleil sur la Baie de São Marcos. Cette photo est prise du centre historique de la ville

Le saviez-vous?
Depuis 1990, la ville d’Alcântara est au coeur du programme spatial brésilien. Le Centro de Lançamento de Alcântara (CLA) est basé à seulement quelques kilomètres des édifices coloniaux!

São Luís


Le voyage de catamaran entre Alcântara et São Luís n´a pas été tout de repos pour nos vélos et pour nous! Cela a brassé pendant 1h30, heureusement que nos vélos étaient bien attachés et que nous avons le coeur solide!

Le voyage de catamaran entre Alcântara et São Luís n´a pas été de tout repos pour nos vélos et pour nous! Cela a brassé pendant 1h30, heureusement que nos vélos étaient bien attachés et que nous avons le coeur solide!

Vue sur les banlieux modernes de São Luís lors de notre arrivée en catamaran. C’est fou comme un petit bateau comme celui-ci peut être rempli, pas moins d’une trentaine de personnes étaient avec nous!

Vue sur les banlieux modernes de São Luís lors de notre arrivée en catamaran. C’est fou comme un petit bateau comme cela peut être rempli, pas moins d’une trentaine de personnes étaient avec nous!

Nous avons peut-être le coeur solide mais cela nous a pris une journée pour nous remettre de cette traversée mouvementée… Le lendemain, une fois la forme revenue, nous visitions à pied le centro de cette ville fondée à l´origine par les Français en 1612. São Luís a connu ses années de prospérité au début du XIXe siècle avec ses plantations de canne à sucre où travaillaient de nombreux esclaves africains. L’esclavage a été aboli au Brésil en 1888. Aujourd´hui, on retrouve dans la capitale de l’État du Maranhão la troisième population afro-brésilienne après les villes de Salvador et de Rio de Janeiro.

Vue d´ensemble sur le centre historique de São Luís faisant partie du patrimoine mondiale de l´humanité de l´UNESCO.

Vue d´ensemble du centre historique de São Luís faisant partie du Patrimoine mondial de l´humanité de l´UNESCO

Tout comme à Alcântara, de nombreux carreaux de faïence ornent les murs des maisons offrant ainsi une bonne protection contre la chaleur et l´humidité omniprésente dans cette région.

Tout comme à Alcântara, de nombreux carreaux de faïence ornent les murs des maisons offrant ainsi une bonne protection contre la chaleur et l´humidité omniprésente dans cette région

Une belle bâtisse coloniale

Une belle bâtisse coloniale

Le saviez-vous?
De nombreuses fêtes hautes en couleur animent la ville plusieurs fois par année où la culture afro-brésilienne est à l’honneur. En plus de ces fêtes, le culte local toujours vivant tambor de mina mélange les traditions afro-brésiliennes et le christianisme.

Publicités